Eclairage architectural | Kurve Lichttechniek à Temse
16353
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16353,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled, vertical_menu_hidden,vertical_menu_hidden_with_logo, vertical_menu_width_260,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-14.3,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1,vc_responsive

Eclairage architectural

Les possibilités d’ajouter de la lumière dans un intérieur ou un espace sont multiples et peuvent prendre différentes formes. Il faut faire ici une distinction entre :

  • un éclairage décoratif ;
  • un éclairage fonctionnel ;
  • un éclairage technique ou architectural.

Éclairage décoratif

Cette forme d’éclairage sera définie en fonction du goût, du style, des dimensions, de l’effet désiré, etc. Le choix relève souvent du propriétaire, de l’architecte (d’intérieur) ou du décorateur.

L’appareil d’éclairage est considéré comme un objet d’intérieur, une icône qui participe à l’accentuation du style architectural. Le rendement lumineux d’un appareil décoratif joue souvent un rôle subalterne.

Éclairage technique et fonctionnel

Au niveau d’un éclairage technique et fonctionnel, le rayonnement, le rendement lumineux, est une priorité absolue. Notre vision reste indubitablement : l’expérience de l’effet lumineux, où la source lumineuse perturbe ou gêne le moins possible.

C’est ainsi que nous éprouvons l’espace, l’ambiance, les objets, les œuvres d’art, le mobilier, etc. comme un tout. L’accent au bon endroit et au bon moment est une flatterie pour les yeux.

L’éclairage technique est souvent le besoin le plus sous-estimé d’un intérieur. Une bonne implémentation permet de donner du faste à un lieu, tandis qu’un éclairage mal planifié peut aussi être un énorme gâchis.

En tant qu’êtres humains, nous faisons bien trop souvent une fixation sur la conception ou le design d’un luminaire alors que l’essentiel, c’est ce qu’il faut mettre en évidence.

Lorsqu’on parle d’éclairage correct, nous ne parlons pas vraiment du type d’appareil, mais du bon positionnement, de l’intensité et du choix de la source lumineuse, du faisceau lumineux, de la température de couleur, de la maniabilité de l’appareil, des accessoires possibles, de la gradation de l’intensité lumineuse, etc.

Quand nous prenons en compte ces applications avec toutes leurs facettes et que nous les étudions et les optimisons, la lumière pourra être équilibrée en fonction de l’espace ! Alors nous parlerons d’éclairage architectural.